Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 05:00

Région Auvergne
Département du Puy de Dôme
Préfecture Clermont-Ferrand
Sous-préfecture Issoire et Riom
Villages du Sancy et Pays des Volcans
C'est à l'érosion glaciaire que l'ancien volcan des Monts Dore doit les crêtes découpées du Puy de Sancy et les profondes vallées en auge.
C'est un pays de sources thermales, et de lacs qui dispose d'un équipement touristique et thermal très important. Les églises romanes font partie des chefs d'oeuvre de l'art roman auvergnat, et les châteaux constituent des haltes majeures sur la Route Historique des Châteaux d'Auvergne.

Villages du Sancy et Pays des Volcans 1

St Floret (Photo Pierre Tichadou) : les charmantes maisons de ce village se serrent les unes contre les autres sur les rives de la Couze de Pavin, précisément à l'endroit où la vallée du même nom est la plus étroite, en un lieu criblé de gorges et d'escarpements granitiques. De remarquables travaux de restauration ont rendu à St Floret son pittoresque et ses couleurs. Mais ce qui fait véritablement le prix de ce village fleuri dont le vieux pont du XVe siècle enjambe la Couze, c'est plus encore que l'église du Chastel, la salle gothique de son ancien château. Le village de Tourzel Ronzières plus au sud et faisant parti des petites cités de caractère du Puy de Dôme mérite aussi le détour.

Orcival (Photo JL Capdeville) : blotti dans une étroite vallée boisée, ce village paré de nuances grises, gris des pierres de lave et des toits d'ardoises et de lauzes, est tout entier dominé par son extraordinaire église romane. La basilique Notre Dame est une architecture d'une admirable harmonie, sans doute parce que sa construction du XIIe siècle ne souffrit quasiment pas d'interruption. Seul le clocher octogonal n'a plus son aspect d'origine, car il a été partiellement détruit sous la révolution.

La Godivelle (Photo Romary sur http://commons.wikimedia.org) : situé au coeur du parc des Volcans d'Auvergne, ce plus petit village du Puy de Dôme est typique du Cézallier. Sur cette terre d'estive, la bourgade est blottie entre deux lacs, l'un d'origine volcanique, l'autre constituant une vaste tourbière. La plus grande fontaine du département bâtie en pierre de lave de Volvic en 1882, la maison des tourbières, l'église St Blaise, de solides maisons en granit construite par les montagnards au XIIe siècle constituent les principaux trésors architecturaux du village.


 

 

Repost 0
Published by janine
commenter cet article
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 16:56

Région Auvergne
Département du Puy de Dôme
Préfecture Clermont-Ferrand
Sous-préfecture Issoire et Riom
Villages du Pays des Combrailles
Dans les doux vallonnements des Combrailles, la Sioule a incrusté ses gorges pittoresques, aujourd'hui prolongées par la retenue des Fades Besserves. Les méandres, viaducs, ruines, châteaux et autres ponts en composent les sites les plus remarquables.
Le lac de cratère est la dernière manifestation de la chaîne des Puys au nord. Les châteaux, le musée de la paléontologie, la maison du patrimoine méritent des visites prolongées.

Villages du Pays des Combrailles 2

Lapeyrouse (Photo Marc Luczak, Texte Commune de Lapeyrouse) : à limite du Bourbonnais, cette commune rurale étale ses vastes herbages sur le plateau au relief doux et verdoyant de la basse Combraille. Depuis des décennies, l'élevage constitue la principale activité agricole de ce village. Cette tradition se perpétue de nos jours. Parmi les lieux et monuments, on pourra citer l'église Notre Dame du XIIIe siècle ainsi que la base nautique et l'étang en bordure sud du village.

Menat (Photo Matthieu Pérona) : établi à quatre cents mètres d'altitude sur un plateau dominant les gorges de la Sioule, le village s'est développé dans le sillage d'une des premières abbayes auvergnates. Même si celle-ci partiellement démolie après la révolution a perdu de sa superbe, elle constitue encore le coeur du bourg. Le logis abbatial du XIVe siècle accueille la mairie et un passionnant musée de paléontologie consacré aux découvertes réalisées dans le bassin de Menat. L'église St Ménélée qui jouxte ces vestiges, a été en grande partie reconstruite entre 1847 et 1849 après l'effondrement du choeur durant la messe. A découvrir encore à la sortie nord du village, un petit étang qui attire les pêcheurs. Enfin, un vieux pont roman en dos d'âne du XIIIe siècle permet de quitter la commune en traversant la Sioule.

Blog toujours en demi-pause
Je vous souhaite de passer une agréable journée ainsi qu'un bon week-end
Bises à tous
Janine

 

 

 

Repost 0
Published by janine - dans l'auvergne
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 17:33

Région Auvergne
Département du Puy de Dôme
Préfecture Clermont-Ferrand
Sous-préfecture Issoire et Riom
Villages du Pays des Combrailles
Dans les doux vallonnements des Combrailles, la Sioule a incrusté ses gorges pittoresques, aujourd'hui prolongées par la retenue des Fades Besserves. Les méandres, viaducs, ruines, châteaux et autres ponts en composent les sites les plus remarquables.
Le lac de cratère est la dernière manifestation de la chaîne des Puys au nord. Les châteaux, le musée de la paléontologie, la maison du patrimoine méritent des visites prolongées.

Villages du Pays des Combrailles 1

Pontgibaud (Photo sur http://commons.wikimedia.org) : au bord de la Sioule, perchée sur le plateau en limite des Combrailles, se situe le village. Lorsque l'on arrive à Pontgibaud, on se rend compte que celle-ci a subi les affres de l'histoire. Quand la guerre de Cent ans fut terminée, quand le calme et la paix reparurent, les habitants de Pontgibaud songèrent à s'enfermer dans un bon mur d'enceinte. Il ne reste aujourd'hui que les fortifications situés en face du château. Ce précieux spécimen de l'architecture militaire du XVe siècle est une construction très rare en Auvergne.

St Gervais d'Auvergne (Photo Michel Vincendeau sur http://www.mesvoyagesenfrance.com) : le village s'épanouit en pleine nature dans son écrin de verdure au milieu des monts et collines, blotti autour de sa puissante église fortifiée. Perché sur l'un des derniers contreforts de la Combraille, St Gervais regroupe ses maisons autour de sa vieille basilique fortifiée aux gargouilles moyenâgeuses.

Montfermy : occupant un site naturel charmant formé par un méandre de la Sioule, au sein d'un écrin de verdure, le village est dominé par sa petite église St Léger, remarquable pour son chevet à plan tréflé et par l'originalité de son ornementation sculptée. L'intérieur n'en ait pas moins magnifique avec notamment des fresques des XIIIe et XIVe siècles. Une église, une petite mairie, un monument aux morts, une auberge, on a vite fait le tour de ce village pourtant ravissant. En contrebas, un sentier mène à la rivière qui surgit brusquement du rocher en cascade bouillonnante puis s'apaise et forme une courbe harmonieuse dans un petit vallon.

Blog toujours en demi-pause
Je vous souhaite de passer une agréable journée ainsi qu'un bon début de semaine
Bises à tous
Janine

 

 

Repost 0
Published by janine - dans l'auvergne
commenter cet article
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 05:00

http://www.imagerun.info/img146/1m7yeju8ahubt1nj.jpg
Le 14 juillet
La fête nationale Française (le « 14 Juillet » ou « 14-Juillet ») est la fête nationale de la France. Elle a été instituée par la loi en 1880, en référence à une double date, celle du 14 juillet 1789, date de la prise de la Bastille, jour symbolique de la fin de l'absolutisme, de la société d'ordres et des privilèges, et celle du 14 juillet 1790, jour d'union nationale lors de la Fête de la Fédération. C'est un jour férié en France
en1879, la IIIe République naissante cherche une date pour servir de support à une fête nationale et républicaine. Après que d'autres dates eurent été envisagées, le député Benjamin Raspail dépose le 21 mai 1881 une proposition de loi tendant à adopter le 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle. Si le 14 juillet 1789 (prise de la Bastille) est jugé par certains parlementaires comme une journée trop sanglante, la Fête de la Fédération du 14 juillet 1790, elle, permet d'atteindre un consensus. Cette date « à double acception  » permet d'unir tous les républicains.
La loi, signée par 64 députés, est adoptée par l'Assemblée le 8 juin et par le Sénat le 29 juin. Elle est promulguée le 6 juillet 1881 et précise simplement que « La République adopte le 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle », sans indiquer d'année de référence.
La lecture du rapport de séance du Sénat du 29 juin 1880 établissant cette fête nationale éclaire le débat sous-jacent portant sur laquelle de ces deux dates est commémorée le 14 juillet :
    « M. le rapporteur (Henri Martin) : - Il y a eu ensuite, au 14 juillet 1789, il y a eu du sang versé, quelques actes déplorables ; mais, hélas ! dans tous les grands événements de l’histoire, les progrès ont été jusqu’ici achetés par bien des douleurs, par bien du sang. Espérons qu’il n’en sera plus ainsi dans l’avenir (« très bien » à gauche, interruptions à droite).
    À droite : - Oui, espérons !
    M. le rapporteur : - Nous avons le droit de l’espérer. Mais n’oubliez pas que, derrière ce 14 juillet, où la victoire de l’ère nouvelle sur l’ancien régime fut achetée par une lutte armée, n’oubliez pas qu’après la journée du 14 juillet 1789 il y a eu la journée du 14 juillet 1790 (« très-bien ! » à gauche).
    Cette journée-là, vous ne lui reprocherez pas d’avoir versé une goutte de sang, d’avoir jeté la division à un degré quelconque dans le pays, Elle a été la consécration de l’unité de la France. Oui, elle a consacré ce que l’ancienne royauté avait préparé. L’ancienne royauté avait fait pour ainsi dire le corps de la France, et nous ne l’avons pas oublié ; la Révolution, ce jour-là, le 14 juillet 1790, a fait, je ne veux pas dire l’âme de la France – personne que Dieu n’a fait l’âme de la France – mais la Révolution a donné à la France conscience d’elle-même (« très-bien ! » sur les mêmes bancs) ; elle a révélé à elle-même l’âme de la France. »
Un peu plus loin, le rapport du Sénat, préalable à l'adoption de la proposition de loi, fait également référence au 14 juillet 1790 :
    « Mais, à ceux de nos collègues que des souvenirs tragiques feraient hésiter, rappelons que le 14 juillet 1789, ce 14 juillet qui vit prendre la Bastille, fut suivi d’un autre 14 juillet, celui de 1790, qui consacra le premier par l’adhésion de la France entière, d’après l’initiative de Bordeaux et de la Bretagne. Cette seconde journée du 14 juillet, qui n’a coûté ni une goutte de sang ni une larme, cette journée de la Grande Fédération, nous espérons qu’aucun de vous ne refusera de se joindre à nous pour la renouveler et la perpétuer, comme le symbole de l’union fraternelle de toutes les parties de la France et de tous les citoyens français dans la liberté et l’égalité. Le 14 juillet 1790 est le plus beau jour de l’histoire de France, et peut-être de toute l’histoire. C’est en ce jour qu’a été enfin accomplie l’unité nationale, préparée par les efforts de tant de générations et de tant de grands hommes, auxquels la postérité garde un souvenir reconnaissant. Fédération, ce jour-là, a signifié unité volontaire. »

http://i46.tinypic.com/315dc0o.jpg

$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

http://i49.tinypic.com/xmuyh1.jpg

$$$$$$$$$$$$$$$$$

http://i49.tinypic.com/10f3wqq.jpg

$$$$$$$$$$$$$$$$$

http://i49.tinypic.com/2cekk8k.jpg
Le 14 juillet
http://www.imagerun.info/img146/k7xz7h3sndg1uho0.png


 

Repost 0
Published by janine - dans 14 juillet
commenter cet article
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 05:00

Région Auvergne
Département du Puy de Dôme
Préfecture Clermont-Ferrand
Sous-préfecture Issoire et Riom
Villages du Pays de Sioule et Limagne
Cette région du nord du département au coeur des reliefs fait quelque peu contraste avec le reste du paysage. Plaine céréalière et territoire des vignes, ce plat pays qui s'étend jusqu'à la vallée de la Sioule, recèle en lui bien des charmes tous particuliers.
La région est fortement marquée notamment par le vignoble, l'un des plus anciens de France.

Villages du Pays de Sioule et Limagne 2



Marsat (Photo Alain Brunel) : la commune était autrefois le siège d'un monastère bénédictin qui a laissé une église romane des XIe et XIIe siècles au village. Cette église abrite une merveilleuse vierge à l'enfant du XIIe siècle qui fait partie des joyaux de la statuaire médiévale auvergnate, et qui a été transformée en vierge noire au XIXe siècle. Mais Marsat est avant tout un vieux village pittoresque et agréable de Limagne.

St Myon (Photo Eric Wanner sur http://chtoric67.canalblog.com) : le bourg s'est développé autour de son église St Médulphe aux magnifiques chapiteaux qui constitue le joyau architectural du village. L'église datant des XIe et XIIe siècles doit son origine à deux éléments importants. Le premier est St Médulphe, anachorète du VIe siècle, qui était lié à l'abbaye de Menat. Canonisé, son culte sans doute favorisé par de nombreux miracles amènera de nombreux pèlerins. Le second élément est l'ancienne voie romaine menant d'Augustonemetum à Bourges et qu'empruntèrent les pèlerins en route pour St Jacques de Compostelle. Le charmant village traversé par la rivière La Morge conserve quelques grandes maisons de maîtres qui montrent une qualité du bâti sur l'ensemble du site : ces grandes maisons donnent l'identité du paysage en montrant bien le travail fait par la main de l'homme. La commune comprend également le petit hameau de Parret, placé en amphithéâtre face au bassin de Combronde et qui dispose d'un ancien four communal.

St Genès du Retz (Photo Eric Wanner sur http://chtoric67.canalblog.com) : petit village de la Limagne bourbonnaise, ce bourg étire ses deux rues principales au coeur d'une riche plaine agricole où pointent quelques collines. Ses jolies fermes, son église romane et son château froment un ensemble charmant. Légèrement excentré, le château s'élève au sud du village. Une seule tour du XVe siècle est parvenue intacte jusqu'à notre époque. Les autres ont perdu leur hauteur altière mais les poivrières qui les coiffent leur confèrent une grâce certaine. Un petit groupe de maisons sépare cette ancienne demeure seigneuriale de l'église qui a conservé de ses origines romanes la plus grande part de sa structure. Cette construction constitue avec le modeste lavoir situé à proximité, l'essentiel du patrimoine du village. Mais la petit commune séduit aussi par son charme rural avec un certain nombre de fermes prédominantes munies de vastes cours et jardins.

Chaptuzat (Photo Eric Wanner sur http://chtoric67.canalblog.com) : douillettement blotti au creux d'une dépression, le village auvergnat s'étend à l'ombre d'une colline où trône une forteresse médiévale. Ses maisons montées à l'aide de pierres calcaires, offrent une symphonie de teintes grisâtres et blanches. Le château de la Roche, robuste forteresse édifiée aux XIIe et XIIIe siècles par les ducs de Montpensier qui dominaient alors l'Auvergne, fait bonne impression. De l'époque du moyen âge, demeure encore un massif donjon de forme ovoïdale, noyau primitif autour duquel se sont développés une ceinture de remparts puis des bâtiments d'habitation. L'église du village a été élevée à la fin du XIIe siècle dans le style roman. Elle a subi depuis d'importants remaniements qui ont renforcé son caractère massif.



 

 

Sioule et Limagn

Repost 0
Published by janine - dans l'auvergne
commenter cet article
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 05:00

Région Auvergne
Département du Puy de Dôme
Préfecture Clermont-Ferrand
Sous-préfecture Issoire et Riom
Villages du Pays de Sioule et Limagne
Cette région du nord du département au coeur des reliefs fait quelque peu contraste avec le reste du paysage. Plaine céréalière et territoire des vignes, ce plat pays qui s'étend jusqu'à la vallée de la Sioule, recèle en lui bien des charmes tous particuliers.
La région est fortement marquée notamment par le vignoble, l'un des plus anciens de France.

Villages du Pays de Sioule et Limagne 1


Chateaugay (Photo Emile Taillefer) : il s'agit d'un village vigneron, dominé par son château du XIVe siècle. Au seuil du Parc Régional des Volcans, dominant la plaine de la Limagne, son plateau basaltique façonné par le feu des volcans offre des vues étendues sur les monts du Forez, du Livradois et sur la chaîne des Puys.

Artonne (Photo Eric Wanner sur http://chtoric67.canalblog.com) : ancien bourg fortifié installé au coeur de la Limagne, ce village a conservé de beaux vestiges du moyen âge. La collégiale St Martin du Xe siècle construite en pierre calcaire locale domine le village. Cinq enceintes successives ont été élevées jusqu'au XVIIIe siècle afin de protéger la cité. Elles disposaient d'une vingtaine de tours, trois sont encore visibles aujourd'hui, le passage de la herse, le guichet et l'octroi. Le bourg considéré parmi les petites cités de caractère du Puy de Dôme est un ancien village vigneron comme en attestent d'anciennes maisons vigneronnes à trois niveaux ainsi que de petites cabannes de vigne en pierre. Le site du village demeure frais grâce aux nombreuses fontaines, sources et lavoirs.

Maringues (Photo Emile Taillefer) : un premier château fut construit pour servir de protection à la population. A l’intérieur de ce fort entouré d’un palis et d’un fossé, les habitants avaient accès à quelques logements. Mais très vite, la taille de la construction se révéla insuffisante et une enceinte fortifiée fut construite. Dans cette nouvelle construction, les murailles étaient garnies de tours, quatre portes donnaient accès à la ville et les habitants avaient fait creuser des souterrains pour s’y réfugier le cas échéant. L’église existe depuis 1050. Le transept et l’abside ont été construits au XIIe siècle dans un style roman, la Renaissance laissera trois belles portes et les voûtes des nefs latérales datent des XVe et XVIe siècle.



 

 

Repost 0
Published by janine - dans l'auvergne
commenter cet article
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 05:00

Région Auvergne
Département du Puy de Dôme
Préfecture Clermont-Ferrand
Sous-préfecture Issoire et Riom
Villages du Livradois Forez
c'est une succession de plateaux granitiques boisés, entaillés par une multitude de cours d'eau et séparés par la vallée de la Dore, affluent de l'Allier. Cette Auvergne que l'on dit "côté Soleil levant" est un trésor de savoir-faire et de traditions.
Les villes coutelières et papetières agrémentent le paysage ; les jasseries des Hautes Chaumes sur les monts du Forez et les nombreux musées et châteaux jalonnent la Route des Métiers.

Villages du Livradois Forez 4

Fayet le Château : du fait de la nature de son sous-sol en terrain granitique, la cité fut très longtemps un village de carriers et de tailleurs de pierre, travaillant le granite bleu. Sous le patronage de St Pierre aux Liens puis de St Barthélemy, l'église du village présente des parties romanes et gothiques comme ses chapelles. La commune conserve les vestiges d'un château celui de Seymiers dont l'origine est un ancien château fort et qui comporte un donjon encore debout.

Reignat : dans ce village, l'arkose blonde se marie merveilleusement à la tuile rouge, rappelant les villages méridionaux. Mais ce qui fait le charme de ce lieu, c'est son architecture particulière de fortification villageoise circulaire liée à l'histoire. Au moyen âge, la multiplication des systèmes défensifs de divers types eu pour conséquence de créer au centre de nombreux villages, un noyau aux maisons serrées, séparées par des ruelles étroites de manière à ne pas perdre de place et à permettre au plus grand nombre de personnes possible d'y trouver un refuge. Les quartiers de ce type (souvent appelés "forts villageois") constituent encore aujourd'hui un trait caractéristique de nombreux bourgs auvergnats. Le village dispose également d'une église gothique du XIVe siècle où les murs sont percés de meurtrières, également d'anciens lavoirs, de nombreuses génoises et enfin d'un four communal.

Sauviat : ce village bien situé sur un éperon rocheux domine un méandre encaissé de la Dore. Du belvédère aménagé derrière l'ancienne mairie, la vue se porte sur le barrage et l'usine hydroélectrique qu'il alimente. L'église qui date du XIVe siècle a été construite tout en granit : elle dispose d'une nef unique ainsi qu'un massif clocher carré. A noter également la présence d'un château privé dans le bourg.
$$$$$$$$$$$$$$$

St Dier d'Auvergne : ce village s'est développé dans un bassin d'effondrement d'où une grande diversité de roches visible au travers des maisons du bourg. Le relief est très animé, le bassin étant creusé par le ruisseau, le Miodet, qui traverse le bourg en amont et en aval et creuse son sillon dessinant le relief. Outre l’église et le prieuré du XIIe siècle, il faut faire une halte à la mairie inscrite aux bâtiments historiques, et à sa cour fermée dans laquelle se trouve l’antenne de l’office du tourisme. Ce sont là des lieux d’expositions appréciés. L’illumination de cet édifice est également à voir. Depuis quelques années, le village a été entièrement restauré pour offrir le meilleur équilibre entre verdure et patrimoine architectural reconnu. Il est considéré parmi les villages remarquables d'Auvergne.



 

 

Repost 0
Published by janine - dans l'auvergne
commenter cet article
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 17:49

Région Auvergne
Département du Puy de Dôme
Préfecture Clermont-Ferrand
Sous-préfecture Issoire et Riom
Villages du Livradois Forez
'est une succession de plateaux granitiques boisés, entaillés par une multitude de cours d'eau et séparés par la vallée de la Dore, affluent de l'Allier. Cette Auvergne que l'on dit "côté Soleil levant" est un trésor de savoir-faire et de traditions.
Les villes coutelières et papetières agrémentent le paysage ; les jasseries des Hautes Chaumes sur les monts du Forez et les nombreux musées et châteaux jalonnent la Route des Métiers.

Villages du Livradois Forez 3



Viverols (Photo Emile Taillefer) : à l'extrême pointe sud est du Puy de Dôme, au cœur des monts du Forez, ce village est un bourg d'accueil équipé pour le tourisme et attentif à ses hôtes. C'est aussi un beau village, pétri d'histoire. Autour du château dont les tours datent du XIIIe siècle, de vielles maisons pittoresques s'alignent le long des ruelles pentues. La maison du Bailli, celle de l'intendant, le prieuré bénédictin du Xe siècle, le réfectoire des moines, ont gardé au fil des ans leur fière allure de magnifiques demeures.

Chas (Photo Emile Taillefer) : c'est une de ces bourgades auvergnates qui ont su rester hors du temps. Disputant au blé sa prééminence, betteraves, maïs et tabac côtoient des productions originales et anciennes, telle que cette culture d'ail, probablement introduite au moyen âge par les gens d'église. On pénètre dans le village par une porte fortifiée surmontée d'une campanile en fer forgé. Sur place, une intéressante fontaine en lave de Volvic comprend un bassin octogonal ayant en son centre une colonne avec chapiteaux, portant une vasque circulaire à quatre griffons saillants.

Montmorin (Photo et Texte Emile Taillefer) : au cœur de la "Toscane auvergnate", très haut perché sur sa motte, ce petit village attire le regard de très loin et force l'admiration dès que l'on s'approche de "La Vialle", au-dessous de la superbe église Ste Croix, St Austremoine, "suspendue" dans le ciel, et des vestiges incomparables du vieux château-fort datant du XIIe siècle. En poursuivant sur la route de Fayet le Château, le premier chemin rural sur la gauche permet d'avoir une vue d'ensemble sur la porte du château, surmontée de mâchicoulis, encadrée par deux tours parfaitement conservées. A l'intérieur de la forteresse, le corps de garde abrite une salle d'armes, un musée de l'outil et une salle consacrée aux arts et traditions populaires.

Je vous souhaite un bon début de semaine
Je tacherai de passer sur vos blog durant la semaine
Bises à tous
Janine


 

 

Repost 0
Published by janine - dans l'auvergne
commenter cet article
16 juin 2017 5 16 /06 /juin /2017 07:22

Région Auvergne
Département du Puy de Dôme
Préfecture Clermont-Ferrand
Sous-préfecture Issoire et Riom
Villages du Livradois Forez
c'est une succession de plateaux granitiques boisés, entaillés par une multitude de cours d'eau et séparés par la vallée de la Dore, affluent de l'Allier. Cette Auvergne que l'on dit "côté Soleil levant" est un trésor de savoir-faire et de traditions.
Les villes coutelières et papetières agrémentent le paysage ; les jasseries des Hautes Chaumes sur les monts du Forez et les nombreux musées et châteaux jalonnent la Route des Métiers.

Villages du Livradois Forez 2

Chateldon (Photo Romary sur http://commons.wikimedia.org) : au pied du massif granitique des Bois Noirs, le village était au XIIIe siècle sous la protection d'un château fortifié hissé sur un éperon au confluent du Chasserelle et du Voiron. Le bourg s'entoura au XIVe siècle d'une enceinte fortifiée et dépendit tour à tour du Bourbonnais et de la Basse Auvergne. Au nord est du château s'élève le beffroi marquant l'entrée du bourg castral qui présente une série de vieux logis aux murs de granit, certains avec tourelle ou ossature à pans de bois. La tuile canal s'est substituée à la petite tuile plate des anciens toits bourbonnais dont subsistent encore quelques exemplaires. La bourgade appartient aux petites cités de caractère du Puy de Dôme.

Arlanc (Photo Octave Belmont) : le promeneur se rendant dans cette ville du Livradois ne restera pas insensible aux charmes de curieux potagers. Tout le long de son éperon rocheux, Arlanc offre une mosaïque de jardins en terrasse entourés de murets en pierre. Pour atteindre la ville basse après avoir visité l'église romane St Pierre, il suffit d'emprunter une venelle qui relie la ville haute à la ville basse. Cette venelle navigue entre les jardins en terrasse de la cité.

Olliergues : organisé autour du château, de forme circulaire, le bourg connut fin XVe, début XVIe siècle un important développement marchand grâce à l'essor du tissage des toiles de chanvre, effectué à la ferme par les paysans tisserands. Autour de l'ancienne halle du quartier du Pavé, se tenaient les grandes foires textiles. Dans cette bourgade, quelques demeurent évoquent encore cette époque : celle des marchands avec sa façade à colombage, l'hôtel de la Brosse et sa cour intérieur, d'autres sont pourvues de tour d'escalier et encorbellement.

Blog en pause
Je passe vous donner de mes nouvelles
En ce moment je suis toujours trop prise pour me rendre sur mon blog mais tout va bien
Je vous souhaite de passer un bon week-end et sacez que je ne vous oublie pas
Votre amie
Janine

Repost 0
Published by janine
commenter cet article
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 05:00
 
 

Que cette colombe
symbole de la paix
puisse nous apporter la paix
partout dans le monde
Et que chaque peuple puisse vivre dans la dignité

 


La Pentecôte
De:Giotto
Pentecôte ou le cinquantième jour
La Pentecôte vient du grec ancien πεντηκοστή [pentèkostè] : cinquantième (jour après Pâques) ; en grec moderne, on prononce [pénticosti].
Au centre de la vie chrétienne, on a la fête de Pâques. Le Carême représente une période de 40 jours (du latin quadragesima : quarantième) de jeûne avant Pâques. Il culmine avec le Vendredi Saint, jour de la crucifixion de Jésus. Puis, le dimanche de Pâques, c'est la bonne nouvelle du Jésus ressuscité que l'on fête avec joie. Opposé au Carême, la période de 40 jours après Pâques commémore le temps de Jésus revenu sur Terre. Ce sont des jours de fête. L'Ascension célèbre les adieux de Jésus qui s'envole dans les cieux. Mais pour nous consoler, la Pentecôte célèbre la venue du Saint Esprit. Si le corps de Jésus n'est plus, son esprit demeure. Pour toujours. Ad vitam æternam.
Pourquoi 50 jours ? Si la période de 40 jours possède un sens symbolique dans la Bible, celui de 50 n'évoque rien de biblique. En réalité, le chiffre symbolique, c'est le chiffre 7 ! Comme les 7 jours de la semaine. Et la Pentecôte a lieu 7 semaines (de 7 jours) après Pâques. Et si on obtient le chiffre 50 (et non 49) c'est dû à la façon antique de compter : le premier jour compte pour un jour. Cette façon de compter se retrouve dans certaines expressions : dans 8 jours, c'est dans 1 semaine ; dans 15 jours c'est dans 2 semaines...
Le dimanche de Pentecôte a lieu le 50e jour après le dimanche de Pâques. Le lundi de Pentecôte, comme le lundi de Pâques, n'a pas de signification en rapport avec la Bible.
Le dimanche de Pâques célèbre le retour du corps de Jésus, le dimanche de Pentecôte célèbre le retour de l'esprit saint de Jésus.

 


La Pentecôte juive
À l'origine, la Pentecôte est une fête juive, comme Pâques. Une fête agricole devenue aussi une fête religieuse, exactement comme la Paque juive. Elle porte le nom de Shavouôte ou fête des semaines car elle a lieu 7 semaines après Pâque. On l'appelle aussi la fête des prémices, Pâque étant la fête des semences.
Puis, dans un second temps, les Hébreux ont donné un sens religieux à cette fête agricole. Pentecôte célèbre le don de la Torah. Au sens strict, la Torah désigne les cinq premiers livres de la Bible: le Pentateuque ; au sens large, il désigne l'Ancien Testament. La Torah est un livre sacré que Dieu a donné à son peuple. Le judaïsme est une religion du livre. L'islam qui apparaîtra plusieurs siècles plus tard est aussi une religion du livre : le Coran.


.



 L'esprit saint
Les auteurs de la Bible se sont inspirés du judaïsme : ils ont récupéré une fête juive en lui donnant une nouvelle signification. Ce n'est pas le don de la Bible que le christianisme célèbre mais le don de l'esprit saint. Le judaïsme est une religion du livre ; le christianisme est une religion de l'esprit.
La lettre tue, l'esprit vivifie.
Paul de Tarse (2 Corinthiens III, 6)
Celui qui obéit au texte sacré au pied de la lettre peut commettre des crimes. Paul de Tarse montre ainsi que les autorités religieuses ont condamné Jésus parce qu'ils lui reprochaient de ne pas être fidèle à la loi de la Bible.
Il ne s'agit pas de condamner la Bible mais de comprendre que l'esprit est plus important que le livre. Plutôt qu'une religion, le christianisme est avant tout une spiritualité.
Avec le christianisme, on change radicalement la façon de concevoir Dieu. Jésus est l'homme qui fait descendre Dieu sur Terre. Celui qui aime Dieu mais n'aime pas son prochain n'aime pas Dieu. L'amour de Dieu n'est rien sans l'amour du prochain.
L'esprit saint, c'est avant tout l'esprit de fraternité. Un être saint, c'est un être de grande bonté, un être qui aime son prochain plus que tout. L'esprit saint, c'est l'esprit d'amour qui nous
anime et nous fait aimer notre prochain comme nous-mêmes.
Rendre grâce à l'esprit saint, c'est rendre grâce à l'esprit de fraternité. C'est esprit qui doit régner sur Terre comme au Ciel. C'est un esprit d'amour fraternel, amour universel qui agit en nous comme une force extraordinaire. C'est cet amour qui fait transporter des montagnes !
L'essence du christianisme, c'est l'amour du prochain. Pour comprendre l'esprit de Jésus, il suffit de lire la parabole du bon Samaritain. Jésus critique les prêtres, qui disent ce qu'il faut faire mais ne sont pas capables d'aimer leur prochain.
L'esprit saint est en nous! C'est à nous d'aimer l'autre ! C'est à nous de faire le premier pas ! Cessons de réclamer un esprit qui nous vienne du ciel ! Aide-toi et le ciel t'aidera ! Aime et tu seras aimé ! Aime avant de chercher à être aimé !
[drapeau de la fraternité]

 

 
Repost 0
Published by janine - dans pentecôte
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de nenette206
  • Le blog de nenette206
  • : je suis retraitée j' habite la région Bourgogne ce blog je l ' ai créer pour amitié et mettre mes images que j 'aime
  • Contact

Bonjour

la  banniere  et  le  fond  de  mon blog    a  était    faites  par

  PteFleurs son site  c 'est  ici

je vous souhaites  une  bonne semaine

Recherche

il est l 'heure